Votre guide complet pour comprendre la taxe foncière en Espagne pour les étrangers

Vous envisagez d’investir dans une propriété en Espagne en tant qu’étranger ? Il est essentiel de comprendre les subtilités de la taxe foncière en Espagne pour que le processus d’achat se déroule sans heurts et avec succès. Dans ce guide complet, nous vous fournirons toutes les informations dont vous avez besoin sur l’impôt foncier en Espagne, spécialement conçues pour les étrangers.

En tant qu’étrangers, il est important de connaître les obligations fiscales liées à l’achat, à la possession et à la vente d’un bien immobilier en Espagne. Ce guide aborde des sujets clés tels que les différents types d’impôts fonciers, leur mode de calcul et les délais de paiement. Nous examinerons également les exonérations fiscales potentielles qui peuvent s’appliquer à vous en tant qu’étranger.
En acquérant une connaissance approfondie de l’impôt foncier en Espagne, vous serez mieux à même de prendre des décisions éclairées et d’éviter toute charge financière imprévue. Que vous souhaitiez acheter une maison de vacances ou investir dans l’immobilier locatif, ce guide vous sera d’une aide précieuse pour naviguer dans le système fiscal espagnol.
Prenez le contrôle de votre investissement immobilier en Espagne en vous plongeant dès aujourd’hui dans notre guide complet pour comprendre la fiscalité immobilière pour les étrangers.

Comprendre les différents types de taxe foncière en Espagne

En Espagne, il existe plusieurs types d’impôts fonciers que vous devez connaître.

Nous distinguerons les taxes foncières pendant l’achat lui-même et après la vente lorsque vous êtes déjà propriétaire.

Taxe foncière en Espagne pour les étrangers lors de l'achat d'une propriété en Espagne

Il est important de préciser que la taxe foncière en Espagne pour les étrangers lors de l’achat d’une propriété est le même que celui payé par les Espagnols, c’est-à-dire que les étrangers paient les mêmes impôts fonciers que les Espagnols lors de l’achat d’une propriété en Espagne. L’impôt est fonction de la maison, et non du fait que la personne soit résidente ou non.

Voyons si la maison que vous achetez est une propriété neuve ou une propriété de seconde main.

Vous achetez une maison neuve

Si vous achetez un logement neuf, vous paierez deux taxes :

– La TVA ( impuesto sobre el valor añadido) 10% (dans la communauté de Valence) sur le prix de vente. La TVA est payée au constructeur.

– ADJ (actos jurídicos documentados) 1,5 à 2 % selon la communauté où se trouve la maison. L’ADJ est payé dans les 30 jours suivant la signature chez le notaire.

Remarque : outre les taxes, vous devrez payer les frais de notaire, les frais de cadastre et les honoraires de l’avocat ou du consultant.

Achat d’un bien de seconde main

Si vous achetez un bien immobilier d’occasion, vous devrez payer une taxe :

– ITP (Impuesto de Transmisiones Patrimoniales) de 10 % (dans la Communauté valencienne) sur le prix de vente ou la valeur de référence (la valeur calculée par le registre foncier).

L’ITP est payable dans les 30 jours suivant la signature chez le notaire.

Remarque : si la valeur de référence est supérieure au prix de vente, vous paierez 10 % de la valeur de référence. Demandez donc toujours à l’avance quelle est la valeur de référence du bien que vous allez acheter.

Outre les taxes, vous devrez payer les frais de notaire, les frais de registre foncier et les frais d’avocat.

Taxe foncière en Espagne pour les étrangers lorsque vous êtes le propriétaire du bien

Lorsque vous êtes propriétaire d’un bien immobilier en Espagne, vous devez payer deux taxes :

Les deux taxes principales sont :

1 – L’Impuesto sobre Bienes Inmuebles (IBI)

L’IBI est un impôt annuel prélevé sur la propriété d’un bien immobilier en Espagne. Il est basé sur la valeur cadastrale de la propriété, qui est déterminée par la municipalité locale. L’IBI sert à financer les services locaux et les infrastructures, tels que l’entretien des rues et le ramassage des ordures.

Le calcul de la taxe foncière en Espagne peut sembler complexe, mais il suit une formule relativement simple. L’impôt IBI est calculé en appliquant un taux d’imposition fixé par la municipalité locale à la valeur cadastrale de la propriété. La valeur cadastrale est déterminée par les autorités municipales et est mise à jour périodiquement.

2 – Impôt des non-résidents
Revenus locatifs

Si vous louez votre propriété espagnole, vous devez déclarer les bénéfices chaque trimestre. L’impôt sur les revenus locatifs des non-résidents se divise en deux catégories. L’impôt sur les revenus locatifs en Espagne pour les étrangers diffère entre les personnes européennes et les personnes non européennes. Les personnes européennes paient des impôts différents de ceux des personnes non-européennes.

Comment est calculé l’impôt sur les revenus locatifs des non-résidents en Espagne ?

Les Européens déclarent leurs revenus nets de dépenses et paient un impôt de 19 %.

Les non-Européens déclarent leurs revenus mais ne peuvent pas déduire leurs dépenses et paient un impôt de 24 %.

Imputation des revenus immobiliers

En tant que propriétaire d’un bien immobilier en Espagne, vous devez payer un impôt sur l’imputation des revenus immobiliers.

Comment l’imputation des revenus est-elle calculée en Espagne ?

Le loyer imputé est le résultat de la multiplication de la valeur cadastrale de la propriété par 2 %. Cette valeur est multipliée par le pourcentage établi par chaque mairie. Parfois, il est multiplié par 1,1 % si la valeur cadastrale a été révisée.

Cette taxe est payée à la fin de l’année suivante et doit être soumise en ligne. Un gestor ou un Solcitor est chargé de soumettre cette taxe.

Pour les étrangers qui souhaitent investir dans l’immobilier, il est essentiel de comprendre ces deux principaux types d’impôts fonciers en Espagne. En vous familiarisant avec ces taxes, vous pourrez mieux estimer le coût global de la possession d’un bien immobilier en Espagne.

Taxe foncière en cas de vente d'un bien immobilier en Espagne

properties for sale Pilar de la Horadada
  • Impôt sur les plus-values en Espagne

Lorsque vous vendez un bien immobilier en Espagne, vous devez payer un impôt sur le bénéfice réalisé lors de la vente.

Comment calculer les plus-values en Espagne

la valeur de la vente moins les frais de vente moins le prix d’achat moins les frais d’achat.

Par exemple, si vous vendez une maison pour 200 000 euros

Valeur de la vente                       200.000,00 €
Taxe de plus-value                       –  1.000,00 €
Frais de l’agent immobilier       –  5.000,00 €
Prix d’achat                              –  150.000,00 €
Taxes sur l’achat                        –  15.000,00 €
Frais de notaire à l’achat           –  1.000,00 €
Frais de cadastre à l’achat            –  500,00 € 
Frais de conseil                            –  1.210,00 €

Résultat                                         26.290,00 €

Impôt sur les plus-values à payer pour les étrangers en Espagne

19 % sur € 26.290 pour une personne européenne

24% sur € 26.290 pour les personnes non européennes

  • L’Impuesto sobre el Incremento de Valor de los Terrenos de Naturaleza Urbana (IIVTNU), également connu sous le nom d’impôt “Plusvalía”.

L’impôt Plusvalía, quant à lui, est un impôt prélevé sur l’augmentation de la valeur des terrains urbains lors de leur vente. Il est calculé en fonction du nombre d’années de propriété et de la valeur cadastrale du terrain. Il est important de noter que cet impôt est payé par le vendeur et non par l’acheteur.

L’impôt Plusvalía est calculé en fonction du nombre d’années de propriété et de la valeur cadastrale du terrain. Le taux d’imposition de la taxe Plusvalía varie en fonction de la municipalité.
Pour garantir l’exactitude des calculs, il est important de consulter un professionnel qualifié ou d’utiliser les calculateurs en ligne fournis par les autorités fiscales espagnoles. En comprenant comment l’impôt foncier est calculé, vous pourrez mieux estimer vos obligations fiscales et planifier vos finances en conséquence.

La résidence fiscale et ses implications sur l'impôt foncier

La résidence fiscale joue un rôle important dans la détermination de vos obligations en tant que propriétaire d’un bien immobilier en Espagne. Si vous passez plus de 183 jours en Espagne au cours d’une année civile, vous êtes considéré comme un résident fiscal et êtes soumis à la législation fiscale espagnole. En tant que résident fiscal, vous devrez déclarer vos revenus mondiaux, y compris les revenus locatifs de votre propriété espagnole.

En revanche, si vous passez moins de 183 jours en Espagne, vous êtes considéré comme un non-résident fiscal. Les non-résidents ne sont tenus de déclarer que les revenus générés en Espagne, tels que les revenus locatifs. Il est important de noter que les propriétaires non-résidents sont soumis aux mêmes taux d’imposition que les résidents fiscaux, mais à une forme d’imposition différente.

Il est essentiel de comprendre votre statut de résident fiscal pour respecter les lois fiscales espagnoles et déterminer les taux d’imposition applicables à votre propriété.

Exemptions et déductions de la taxe foncière en Espagne

En tant qu’étranger, vous pouvez bénéficier de certaines exonérations et déductions en matière de taxe foncière en Espagne. Par exemple, si vous achetez une nouvelle propriété, vous pouvez être exempté du paiement de la Plusvalía pendant une certaine période. En outre, si vous louez votre propriété, vous pouvez déduire certaines dépenses de vos revenus locatifs si vous êtes un euroépan.

Il est important de consulter un conseiller fiscal ou un avocat spécialisé dans le droit fiscal espagnol pour déterminer si vous avez droit à des exonérations ou à des déductions. En tirant parti de ces possibilités, vous pouvez potentiellement réduire votre impôt foncier et maximiser votre retour sur investissement.

Dates limites et procédures importantes pour le paiement des taxes foncières

Le paiement de l’impôt foncier en Espagne est soumis à des délais spécifiques qui doivent être respectés. Les délais exacts peuvent varier en fonction de la municipalité, il est donc important de vérifier les dates précises auprès du bureau local des impôts.

En règle générale, l’impôt IBI est payé annuellement, tandis que l’impôt Plusvalía est payé au moment de la vente de la propriété. Le non-paiement de l’impôt foncier dans les délais impartis peut entraîner des pénalités et des intérêts.

Pour garantir un processus de paiement fluide et efficace, il est conseillé de mettre en place des paiements automatiques ou de travailler avec une banque ou un conseiller fiscal qui pourra vous aider à respecter les échéances et à remplir vos obligations fiscales.

Idées fausse sur l'impôt foncier en Espagne pour les étrangers

Il existe plusieurs idées fausses sur la taxe foncière en Espagne pour les étrangers, qu’il convient de clarifier. L’une de ces idées fausses est que les propriétaires étrangers sont imposés à un taux plus élevé que les citoyens espagnols. En réalité, les taux d’imposition des propriétaires sont les mêmes pour les étrangers et les citoyens espagnols.

Une autre idée fausse est que les taxes foncières en Espagne sont excessivement élevées. Bien que les taxes foncières puissent varier en fonction de l’emplacement et de la valeur de la propriété, elles sont généralement comparables à celles d’autres pays européens.

Il est essentiel de comprendre et de dissiper ces idées fausses pour les investisseurs étrangers qui peuvent hésiter à investir dans l’immobilier espagnol en raison des charges fiscales perçues. En disposant d’informations précises, vous pourrez prendre des décisions éclairées et poursuivre en toute confiance vos objectifs d’investissement immobilier en Espagne.

Conseils pour minimiser l'impôt foncier en Espagne

Bien que l’impôt foncier soit un élément inévitable de la possession d’une propriété en Espagne, il existe plusieurs stratégies pour minimiser votre charge fiscale. Une stratégie efficace consiste à utiliser toutes les déductions ou exonérations disponibles, comme nous l’avons mentionné plus haut.

Une autre stratégie consiste à tenir compte de l’emplacement de votre propriété. En Espagne, les taux d’imposition et les réglementations varient d’une municipalité à l’autre. En choisissant soigneusement une municipalité où les taux d’imposition sont moins élevés, vous pouvez potentiellement réduire le montant de votre impôt foncier.

En outre, il est important de tenir un registre précis des dépenses liées à votre propriété, telles que l’entretien et les réparations. Ces dépenses peuvent être déduites de vos revenus locatifs, ce qui réduit votre revenu imposable.
En mettant en œuvre ces stratégies et en sollicitant des conseils professionnels, vous pouvez minimiser efficacement votre impôt foncier en Espagne et optimiser le rendement de votre investissement.

Recherche de conseils professionnels pour l'impôt foncier en Espagne

Compte tenu de la complexité de la taxe foncière en Espagne, il est conseillé de demander l’avis d’un conseiller fiscal ou d’un avocat spécialisé dans le droit fiscal espagnol. Ils peuvent vous fournir des conseils personnalisés en fonction de votre situation particulière et veiller à ce que vous respectiez pleinement la réglementation fiscale espagnole.

Un professionnel qualifié peut vous aider à comprendre votre statut de résident fiscal, à calculer vos obligations en matière d’impôt foncier et à identifier les exonérations ou déductions possibles. Il peut également vous aider à vous y retrouver dans les procédures de paiement de l’impôt et veiller à ce que toutes les échéances soient respectées.

En travaillant avec un professionnel, vous pouvez avoir l’esprit tranquille en sachant que vos affaires fiscales sont en ordre et que vous optimisez votre situation fiscale en Espagne.

Conclusion : Les clés pour comprendre l'impôt foncier en Espagne pour les étrangers

En conclusion, il est essentiel pour les étrangers désireux d’investir dans l’immobilier de comprendre l’impôt foncier en Espagne. En vous familiarisant avec les différents types de taxe foncière en Espagne, les implications en matière de résidence fiscale, les méthodes de calcul, les exonérations et les déductions, les délais de paiement et les idées fausses les plus courantes, vous pourrez prendre des décisions éclairées et naviguer en toute confiance dans le système fiscal espagnol.

N’oubliez pas de consulter un professionnel qualifié pour vous assurer que vous comprenez parfaitement vos obligations fiscales et que vous tirez parti de toutes les possibilités qui s’offrent à vous pour minimiser votre dette fiscale. Avec les connaissances et les conseils appropriés, vous pouvez naviguer avec succès dans le monde de la fiscalité immobilière en Espagne et tirer le meilleur parti de votre investissement.

Prenez le contrôle de votre investissement immobilier en Espagne en vous plongeant dès aujourd’hui dans notre guide complet pour comprendre l’impôt foncier pour les étrangers.

Compare listings

Comparer

We Call You

By submitting this form, I accept Terms & Conditions.

Nous vous rappelons

En soumettant ce formulaire, j’accepte Conditions générales de ventes.